Accueil » Livres » Nous Deux à l’infini – T.1
Nous Deux à l’infini – T.1
  • Contemporaine
  • Nous Deux à l’infini – T.1

Nous Deux à l’infini – T.1

Elle est incapable d’aimer un autre homme que lui. Il est incapable d’aimer tout court.

INFO: broché, poche et eBook sont actuellement vendus sur Amazon uniquement. Quelques exemplaires papier seront bientôt disponibles sur le shop pour les dédicacer, reviens de temps en temps pour vérifier ^^

7,50 14,90 

gagne jusqu'à 75 Joyaux.
Effacer
 €
Lire l'extrait
Nous deux à l'infini
Dante

tome 1
Info : la série Golden Boys se compose de 4 tomes compagnons, cela signifie que chaque tome peut se lire indépendamment


Chapitre 1
LUI


Je me vautre sur mon clic-clac et rejette la tête en arrière. Mes yeux s’arrêtent sur le plafond et je contemple un instant les auréoles d’humidité en lâchant un soupir agacé. Il faudrait vraiment que je fasse quelque chose pour ça… Appeler la proprio ? Monter voir la voisine pour vérifier si elle a une fuite ? Non, tout ça me gonfle. Alors je ne fais jamais rien, même si mon studio miteux me soule. Cela dit, je n’ai pas le droit de me plaindre : j’ai un toit au-dessus de la tête. Moisi, certes, mais je ne suis pas à la rue et je connais des gars qui sont dans une situation bien pire que la mienne. Ce qui m’emmerde le plus est que j’ai une maison, et une belle, grande, équipée… et dont je ne suis pas l’unique propriétaire. Oui, je pourrais m’y installer. Mais cela impliquerait d’y croiser mon connard de frangin et sa copine.
Sarah Jones.
J’ai bien essayé avec elle, mais rien à faire, c’est une incorruptible. Elle m’a démontré à plusieurs reprises qu’elle ne trahirait pas Sandro – dont une fois où son genou a fait plus ample connaissance avec mes burnes. J’ai beau être déterminé, je tiens à cette partie de mon anatomie. Alors la croiser, pourquoi pas, mais de loin.

Quant à mon frère… À chaque fois que je le vois, j’ai devant les yeux une scène que j’essaie d’oublier. Il réveille en moi des instincts de vengeance que je tâche d’étouffer du mieux que je peux… Ouais… En fait, je n’étouffe rien du tout c’est une des raisons pour lesquelles je préfère ne plus avoir affaire à lui. Je doute que me retrouver en taule pour fratricide soit un plan judicieux pour mon avenir.
Alors j’attends. Quoi ? Que ça se casse la gueule entre lui et Sarah, et avec les suivantes, parce qu’il ne mérite pas d’être heureux. Moi, j’aurais pu l’être mais je suis passé à côté d’une vie bien différente de celle que je subis actuellement. A cause de lui. Je sais être patient : le jour où Sarah se cassera, je serai là et je n’éprouverai pas le moindre soupçon de compassion à l’égard de celui qui partage une partie de mon ADN. Il a cessé d’être mon frère à la seconde où j’ai ouvert cette porte il y a des années.
Je me lève en soupirant, encore. Je me fais l’effet d’être un petit vieux fatigué par son existence. Il y a de quoi, si on fait le bilan, je suis : trentenaire, célibataire, je vis dans un appartement décrépit et je n’ai aucune perspective de changement réjouissante… Ce qui ne m’empêche pas de faire mon boulot. Que ce soit celui qui a lieu quand le soleil est levé ou l’autre qui démarre lorsqu’il se couche. En ce moment, j’effectue le second sans aucune motivation, d’accord, mais je le fais. J’aime ce taf, à la base ça m’éclate et les gars sont faciles à vivre, bosser avec eux me plaît. C’est juste que j’arrive à un point où tout me gonfle. Malgré ça, je reste consciencieux, quoi qu’il arrive. La preuve en est que cette nuit encore, j’ai été capable de passer une soirée dans ce ridicule slip brillant, face à des nanas en chaleur, sans que rien d’embarrassant ne se produise.

Je fais ce travail depuis des années et j’en ai connu des situations gênantes selon qui se trouvait en face de moi. Je me souviens de cette fois où une des invitées a attiré l’attention de ses copines sur mon érection… Je n’avais nulle part où me planquer et je n’ai pas eu le choix, j’ai assumé, bien sûr. Un brin d’humour, un clin d’œil, un compliment bien placé et elle était au final plus troublée que moi. Mais dernièrement, rien. J’imagine qu’on se fait à tout et que j’ai enfin réussi à être totalement pro. Yoan, mon boss, serait fier de moi. Ça fait un bout de temps qu’il me demande de me tenir à carreaux, du coup c’est un peu un aboutissement pour lui. En fait, il me dit plutôt « de garder ma bite hors des clientes » et ce, à chaque fois qu’une fille l’appelle pour tenter de récupérer mon numéro de téléphone après une nuit passée avec moi.
J’entre dans le placard qui fait office de salle de bains. C’est plus une salle d’eau, d’ailleurs. Si je tends les bras, j’arrive à toucher les deux extrémités sans aucun souci – je suis grand, d’accord, ça joue. Les lieux ne sont clairement pas faits pour un type d’un mètre quatre-vingt-six. En attendant, je fais avec. J’allume la douche et tourne le mitigeur au maximum vers le chaud. J’ai besoin de m’anesthésier un peu après cette soirée. Je pue la gonzesse après avoir été tripoté par toutes ces mains manucurées et parfumées.

Elles sont très bon chic bon genre quand on les croise dans la rue et puis elles se rassemblent dans une pièce, on fait rentrer quelques gogo-dancers et c’est la folie. Elles deviennent hystériques. Je pense que ça doit avoir un rapport avec les hormones ou quelque chose comme ça. Parce que je n’ai jamais vu des mecs réagir de cette façon. On dirait des animaux en rut ! Chaque fois, avec les gars, on a l’impression de risquer notre peau. Surtout quand elles picolent, et dans ce type d’événement elles picolent beaucoup.
Quand j’ai l’illusion de sentir à nouveau autre chose qu’un capiteux parfum féminin, je me traîne hors de la douche et attrape sur le sol mon vieux pantalon de pyjama. Je l’enfile, juste le temps de préparer mon lit. Je n’aime pas me balader les couilles à l’air, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Je déplie mon canapé-lit. Je pourrais me contenter de me coucher direct dessus, mais j’ai besoin d’un minimum de confort ; enfin, de l’illusion de confort qui m’aide à ne pas trop déprimer. Au moment où je termine de faire mon lit, j’entends trois petits coups discrets. Il est deux heures du matin, je doute que ce soit chez moi. C’est tellement mal isolé, ici, que quand le voisin tire la chasse, c’est son et lumière dans mon appart’. J’éteins la lumière et, pile quand je m’allonge, les coups reprennent, un peu plus fort. Merde, c’est chez moi… Je pourrais juste ignorer la personne qui vient me prendre la tête au milieu de la nuit.

En plus, si c’était un des gars, il aurait appelé avant de se pointer donc je ne vois pas qui ça peut être.
– Dante…
La voix a beau être un peu étouffée par la porte qui nous sépare, elle m’est étrangement familière sans que je parvienne à la situer. Je reste comme un con, immobile dans mon lit, parce que je ne vois vraiment pas ce qu’elle foutrait dans le coin si c’est bien celle à qui je pense.
– Je sais que tu es là, je t’ai entendu. C’est Lola ! Ouvre-moi !
C’est bien ce que je craignais, je n’ai pas rêvé : la petite sœur de mon ex est bien devant ma porte, à une heure improbable, et attend que je réagisse. Je me lève parce que je la connais : elle est foutue de tambouriner jusqu’à ce que mort s’ensuive alors qu’il suffit qu’elle éternue pour ameuter tout l’immeuble. J’ouvre la porte, juste assez pour la voir, pas trop non plus, histoire qu’elle comprenne que ce n’est pas une invitation. Mais bien sûr, il en faut plus à Lola pour se décourager.
– Salut !
Elle chantonne ? Il est deux heures du mat’ et elle chantonne ?!
Elle fonce devant elle, ne me laissant pas d’autre choix que m’écarter si je ne veux pas me manger la porte dans la tronche.

Je la regarde s’incruster avec deux grosses valises et reste interdit, tant je suis incapable de trouver les mots pour lui dire à quel point elle m’emmerde.
Si, en fait, je finis par les trouver :
– Qu’est-ce que tu fous là ?
Je referme la porte. Je n’ai pas franchement envie qu’elle se sente la bienvenue, mais je n’ai pas non plus besoin que tous mes voisins profitent de ce qui va suivre : vu l’état dans lequel je me trouve, je doute que ce soit joli.
Elle se retourne et me fait face. Elle m’arrive à peine au niveau des épaules, pas tout à fait, même. Lola, c’est une petite chose agaçante, elle l’a toujours été : suffisamment insolente pour toujours exprimer le fond de sa pensée et assez insouciante pour se foutre des conséquences. Elle se tient là, au milieu de mon studio, tout sourire avec sa coupe de cheveux stricte et sexy, son éternel carré plongeant et sa frange bien droite qui lui donne un air espiègle. Malgré toutes les années passées sans lui parler, je retrouve immédiatement la même gamine avec qui j’ai passé tant de temps à l’époque. Ses yeux en amande me scrutent alors que son petit nez retroussé me nargue. On dirait une gosse. Une saleté de gosse.

– Moi aussi je suis ravie de te voir, ex-futur-beau-frère ! finit-elle par lâcher en posant ses bagages sur le sol.
– Lola, tu as vu l’heure qu’il est ?
Je tente de ne pas trop lui montrer à quel point elle me soûle déjà. Peine perdue, je suis incapable de faire semblant.– Sérieusement, tu me veux quoi ?
Je la contourne pour retourner dans mon lit. Elle s’incruste chez moi et s’attend à quoi ? C’est le milieu de la nuit ! J’ai juste envie de me coucher et dormir. Mais non, car lorsque Lola débarque, il faut mettre sa vie en pause et s’occuper d’elle. Je suis sûr qu’elle prend son pied à voir à quel point elle m’emmerde.
Elle ne répond pas, le silence n’est pas coutumier avec elle. C’est pour ça que j’arrête de râler et me retourne afin de lui accorder un peu d’attention. Et je comprends.
– C’est quoi l’histoire, cette fois ?
– J’ai fait une boulette… m’avoue-t-elle en tortillant ses mains comme une petite fille embarrassée.
Et une petite fille, c’est exactement ce qu’elle est pour moi. Elle a beau débarquer avec son jean moulant, ses bottes de moto que je pourrais trouver sexy sur quelqu’un d’autre et son chemisier trop décolleté pour être honnête, elle n’en reste pas moins une gamine exaspérante.

Mais cette gamine, je l’ai vue traverser l’adolescence et, même si ça me gonfle de le reconnaître, elle me touche malgré tout. Alors je soupire – une énième fois – et m’assois sur le lit. Je tapote l’espace à ma droite.
Lola n’a que cinq ans de moins que Carmen, sa grande sœur. Mon ex. Celle que j’aurais dû épouser. Celle qui était censée devenir ma femme. Celle qui aurait dû s’appeler Carmen Novelli aujourd’hui et avec qui je vivrais sûrement dans une maison en banlieue, avec un chien et tous les accessoires de la parfaite petite famille… Je chasse les souvenirs que Lola fait remonter à la surface.
Elle me regarde, les larmes au bord des yeux. Elle n’a jamais fait son âge et on pourrait facilement la prendre pour une adolescente de dix-sept ans, plutôt que pour la jeune femme qui approche la trentaine qu’elle est vraiment. Déjà à vingt ans, c’est comme ça qu’elle arrive à attendrir son monde et, malgré tout ce que je peux pester, je ne fais toujours pas exception.
Durant les années où j’ai été en couple avec Carmen, j’ai vu Lola se fourrer dans des situations plus catastrophiques les unes que les autres. Depuis le temps que je ne l’avais pas fréquentée, je suppose que si elle est là, cette nuit, c’est qu’elle doit sacrément être dans la merde et qu’elle n’a pas changé.

Et aussi fatigué que je puisse être, je ne peux pas la laisser dehors alors que je sais qu’elle a besoin de moi.
Elle vient s’installer à côté de moi et éclate d’un coup en sanglots. S’il y a bien un truc que je ne sais pas gérer, c’est une fille qui pleure. Je suis sûr de dire le truc qui va aggraver la situation au lieu de l’arranger, c’est un don que j’ai. Mais bon, là, c’est Lola… Je passe un bras autour de ses épaules en espérant que ça ne lui donne pas envie de pleurer encore plus. Raté : elle se niche contre moi en hoquetant. Agacé, je lève les yeux au plafond – mauvaise idée, c’est toujours aussi vétuste et ça accentue mon irritation au lieu de me détendre. Ce n’est pas que je sois vraiment un enfoiré de première comme tout le monde semble le penser dans mon entourage mais… j’aimerais vraiment dormir un peu étant donné que j’attaque ma tournée de patients en début d’après-midi et que je ne peux pas me permettre d’avoir la tête dans le cul. OK, je ne suis pas un enfoiré parce qu’elle vient de baver sur moi et je ne l’ai pas virée de mon épaule. A moins que ce soient des larmes… non, définitivement de la bave !
– Et si tu me racontais ça demain ? je lui propose dans un ultime espoir de pouvoir me coucher. Je suppose que si tu débarques avec des valises, c’est que tu es à la rue. Donc, on va se coucher, dormir et on en reparlera après une bonne nuit de sommeil. Parce que, Lola, je suis claqué, vraiment claqué…

Elle relève la tête et j’essaie de me retenir de rire. Elle a le nez qui coule, les yeux gonflés et la lèvre inférieure tremblotante. Ce ne serait pas charitable de me moquer d’elle. Ni très solidaire. J’ai quand même du mal à contenir un sourire et je décide de m’allonger pour le masquer et éviter qu’elle ne se vexe.
– Allez, éteins et couche-toi !
– Euh… Dans ton lit ?
Elle renifle un coup, mais au moins elle ne pleure plus. Mission accomplie.
– Je ne suis plus du genre gentleman qui dormirait sur le tapis afin de préserver ta pudeur. Je ne vais pas t’offrir mon lit en souvenir du bon vieux temps. Tu es venue chez moi, j’habite dans un studio, tu t’imaginais quoi ? Que j’allais te filer mes clés et me tirer ?
Non, impossible de faire semblant de ne pas être sur le point de me mettre en colère. Si seulement je pouvais juste dormir un peu, je suis sûr que je prendrais tout ça avec beaucoup plus de sérénité.
– Non… je… enfin… D’accord…
– Ne t’en fais pas, je la rassure en me retournant, tu n’es pas mon type, je suis fatigué et tu es bien trop jeune pour moi. Alors éteins et couche-toi, merci.
Je l’entends renifler encore une fois, se lever et nous voilà plongés dans la pénombre. Je n’attends pas qu’elle me rejoigne, en ce qui me concerne, elle peut dormir par terre ou dans la douche, c’est le cadet de mes soucis. Je me laisse lentement sombrer et regrette juste de ne pas pouvoir retirer mon pantalon, je préfère vraiment me coucher à poil… Tant pis.
Le matelas s’affaisse légèrement derrière moi et je m’endors enfin.

FIN de l'extrait
X
Bestseller
07/03/2018
324 pages
31 chapitres
Golden Boys
Tome 1/4
Série terminée
Scènes explicites
4,4/5

Elle est incapable d’aimer un autre homme que lui. 

Il est incapable d’aimer tout court.

Lola aime Dante.  C’est une vérité universelle depuis qu’elle a croisé son regard, treize ans plus tôt, alors qu’ils étaient encore adolescents et que Dante sortait avec sa grande sœur. Aujourd’hui, elle décide de tenter le tout pour le tout : elle va le séduire, quitte à se faire passer pour une femme qu’elle n’est pas vraiment, une femme que Dante laissera entrer dans ses nuits.

Dante n’aime que lui.  C’est une vérité indiscutable depuis la trahison qui a fait voler sa vie rêvée en éclats. L’homme qu’il était a disparu ; désormais, il enchaîne les coups d’un soir et est devenu ce que la vie a fait de lui : un sale type. Mais, lorsque Lola déboule au milieu de la nuit, il lui ouvre, même s’ils ne se sont pas parlé depuis huit ans. Cette fille est toujours la gamine insupportable, capricieuse et envahissante de ses souvenirs, mais elle a ce truc indéfinissable qui le touche. Alors, quand elle lui demande de l’héberger, il accepte.

Nous deux à l'infini, appartient à la collection des Golden Boys. Cette série se compose de 4 tomes compagnons, cela signifie, que chaque tome peut se lire indépendamment des autres. Il reste préférable de garder l'ordre, des éléments pouvant apporter de légers spoilers. 

Informations complémentaires

Poids 300 g
Dimensions 13 × 2.2 × 20.5 cm
Supports

Broché, Ebook, Poche

Températures

Scènes explicites

Collections

Golden Boys

Formats

Série terminée

Dates de sortie

2018

Langues

Français

Thèmes

Amis / Famille, Amour de jeunesse, Coloc/Voisin, De l’amitié à l’amour, Gogo dancers, Humour

Ames sensibles

Non actif

L'autrice

Spread the love

Quand Dante est arrivé dans Feeling Good, j’ai tout de suite su qu’il aurait son histoire. Il s’est naturellement imposé à moi, avec toute son arrogance et son immense ego…

Dans sa première version intitulée Golden Boys – Dante, qui était une nouvelle érotique, il manquait d’après moi trop d’informations pour en rester là. Plutôt que lui écrire une suite qui n’aurait pas eu de sens, j’ai pris le parti de développer la nouvelle en roman.

Reprendre leur récit à Lola et lui m’a tellement plu que je ne regrette pas un instant les heures passées à réécrire ce texte !

Lecture idéale pour pour enflammer vos cœurs lors d’une danse sensuelle.

+ d'infos

Spread the love

Notes Gboys

 

Voici les liens de tous les livres de la collection des Golden Boys, clique sur le titre :

Spin off : Feeling Good, pour en savoir plus sur Sandro, le frère de Dante, clique sur le titre :

Retrouve Dante et Lola dans ces deux recueils bonus, clique sur le titre souhaité pour y accéder :

Goodies

Spread the love

Bonus

Spread the love

Rejoins les Queenies et retrouve dans la bibliothèque VIP:

  • Des fonds d’écran

J’accède à mon espace VIP!

SuperFan

Spread the love

Tu as aimé ce roman ? Tu veux le crier sur tous les toits ?

Télécharge ce pack de visuels pour partager sur tes réseaux sociaux 💞

  • Un visuel pour une publication Facebook (SuperFan Publi FB)
  • Un visuel pour un post Instagram (SuperFan Post Insta)
  • Un visuel pour une story Instagram (SuperFan Story Insta)

💖 Et si tu partages ces visuels, ou les tiens, n’oublie pas de me taguer en inscrivant @fleurhana et/ou #fleurhana, pour que je partage à mon tour tes publications.

Les hashtags pour Nous deux à l’infini :

#Fleurhana #Lectrices #Romancefrançaise #Instalectrices #Livrestagram #Instalivres #Autricefrançaise #Bookstagramfrance #Booklover #bookshelf #romancebooks #newromance #newromancebook #bookaddict #love #instalecture #livreaddict #auteure #instabook #livreromance #danse #poledance #Romancecontemporaine #humour #sarcasme #goldenboy #romancenewadult

Mon Pack SuperFan de Nous deux à l’infini

10 avis pour Nous Deux à l’infini – T.1

  1. lenafaust

    Addictif est le mot idéal
    J’ai rencontré Dante comme personnage secondaire dans feeling good et comment dire il m’exaspérer, son côté macho, dragueur trop sure de lui beurk.

    Là on découvre un autre Dante avec des côtés attachants et ça grâce à Lola qui fait vraiment ressortir le meilleur de lui.
    On en apprend plus sur son histoire et sur celle de Lola qui est une fille sympa, j’aimerais avoir une amie comme ça.

    Et puis bien sûr on entre pleinement dans notre équipe des golden boy et c’est un plaisir de découvrir ses hommes attachants.
    Je ne suis pas fan des chippendeales mais ceux là pourrais arriver à me les faire aimer.

  2. lilate16

    Lola et Dante. Elle l’aime depuis toujours. Lui la voit comme une petite sœur. Jusqu’à ce que Lola décide de bouger le destin…
    Dès le début on se doute de la fin. Pourtant c’est une très belle histoire, pleine d’émotions. C’est très bien écrit, fluide et se lit facilement. Sans prise de tête. J’adore, surtout dans des moments compliqués, où lire ce genre de roman réconforte et remonte le moral. Alors merci.

  3. Grenouille

    Wouah
    Ce livre est une énorme pépite et un énorme coup de cœur. Pleins de rebondissements et de sensations fortes. Que du bonheur.

  4. Laetitia R.

    Encore s’il vous plaît
    J’ai adoré l’humour un peu piquant des deux personnages, leur façon d’être je t’aime moi non plus. Un grand bol d’oxygène !

  5. Maud Echenoz

    Lola et Dante : un couple explosif
    Lola, Dante… une histoire pleine de rebondissements mais aussi pleine de clichées qui collent bien avec les personnages ! j’ai dévoré ce roman, il est prenant du début à la fin. C’est une lecture qui se vit au rythme de l’histoire !

  6. Flora

    A lire avant de mourir
    J’ai tout simplement adoré ce roman. L’humour, les personnages, l’histoire cela faisait un moment que je n’ai pas autant apprécié un livre.
    Un total cinq sur cinq ❤️❤️❤️❤️❤️

  7. Céline – Les lectures passionnées de Céline

    Coup de cœur pour Fleur … Dante & Lola !
    C’est un véritable plaisir de retrouver la plume de Fleur Hana. Pour ceux qui avaient adoré “Feeling Good”, voici une suite. Vous découvrez Dante, le frère de Sandro. Bien sûr, l’auteure vous aiguille tout au long de ce roman et vous n’êtes pas obligé d’avoir lu “Feeling Good” avant de lire ce roman. Nous découvrons une autre facette de celle que l’on nous avait faite avant. J’aime beaucoup son personnage. Surtout sa spontanéité, ses dialogues aussi qui vous font naître un sourire à chaque réplique. Et Lola, quel caractère, mais elle cache bien son jeu également. C’est parfois difficile de se mettre à sa place sans avoir un pincement au cœur par moment (côté fleur bleue chez moi). Elle est forte également et c’est toujours avec appréhension que nous continuons leurs échanges, tantôt chaud, tantôt froid. J’aime voir les changements des personnages au fil des chapitres. Je connaissais ce roman dans son ancienne édition, cependant, je préfère largement cette édition avec beaucoup plus de détails et d’émotions. C’est une magnifique réédition avec un tout autre regard sur les personnages. Encore une fois Fleur Hana nous offre un livre d’exception. J’espère que nous aurons bientôt le droit à une nouvelle édition des autres Golden Boy.

  8. Lire par Elora

    Une belle histoire d’amour et d’espoir
    Cela fait plusieurs années que je suis Fleur Hana, sur les réseaux sociaux mais je n’avais jamais rien lu d’elle. C’est maintenant chose faite avec Nous deux à l’infini qui s’est révélé être un roman hyper addictif. J’ai littéralement vécu avec ce livre. Durant ma lecture, j’ai passé mon temps à réagir, parfois à haute voix. « Oh non, elle a pas osé ? », « Oh le con ! » et autres exclamations ont, parfois, été ponctuées de quelques fou-rires.
    Je n’étais pas sûre d’apprécier ma lecture. En effet, j’ai parfois détesté les personnages. Dante, aide-soignant et gogo dancer, cumule beaucoup de défauts dont ceux qui m’horripilent le plus : le machisme et la prétention. Quant à Lola, je me suis arrachée les cheveux à cause de sa grande gueule et son sans-gêne. Dans un premier temps, elle n’a aucun filtre. Du haut de ses 28 ans, elle ressemble à une vraie gamine. En plus, elle revient dans la vie de Dante telle une véritable torpille, bousculant tout sur son passage. Les premiers chapitres ne les mettent vraiment pas en valeur. Et, petit à petit, on se rend compte que tout cela n’était pas vraiment eux. Chacun porte un masque, pour essayer de se reconstruire ou pour tenter de se faire une place.
    Les personnages ne sont pas les seuls à faire un roman. Il y a aussi la plume pleine d’humour et très entraînante de Fleur Hana au service d’un récit addictif.

  9. Labaume Valérie

    Sexy, épicée … et tendresse !
    Ahhhh coup de cœur pour cette nouvelle dose de Dante ! ahhh les Golden boys.. comment les oublier ? :p Ils sont drôles, sexy… Et Dante ne fait pas exception…. Alors qu’il allait se marier un événement est venu tout bouleverser… depuis il use et abuse du sexe sans lendemain ! Lola est secrètement amoureuse depuis toujours de Dante … mais il la voit comme une petite chose fragile qu’il doit protéger… comme la gamine qu’il a connu 13 ans plus tôt ! Déterminée, Lola va user de tous les stratagèmes pour obtenir ce qu’elle veut : Dante…. Humour, amour sont au rendez vous ! des réparties enjouées et épicées, des situations cocasses, tendres et émouvantes… Entre eux, c’est tout feu tout flamme : explosif ! Sexy à souhaits…. bref foncez pour ce roman qui vous fera sourire, rire mais aussi rougir de plaisir … c’est un roman qui fait du bien au cœur, au moral et aux zygomatiques ! un concentré de vitamines D à savourer sans modérations :p

  10. EmelineTab

    Coup de coeur
    Un gros coup de cœur pour ce roman! J’ai passé un super moment de lecture entre rire et larmes. J’ai eu tellement de mal à le lâcher que je l’ai lu d’une traite… la nuit a été courte d’ailleurs! Je lirai la suite sans hésiter si nous en avons l’occasion.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rencontrer les personnages

https://fleurhana.fr/wp-content/uploads/2022/04/N2I-Dante.png
Dante
Aide soignant le jour / Gogodancer la nuit.
Indomptable depuis la trahison de la sœur de Lola, Dante est souvent à côté de la plaque. Derrière son corps ultra sexy, se cache un homme attentionné. Sa patience sera mise à l’épreuve par l’arrivée fulgurante de la petite et capricieuse Lola.
https://fleurhana.fr/wp-content/uploads/2022/04/N2I-Lola.png
Lola
Vendeuse en Fast-food
Depuis treize années Lola est sous le charme du ténébreux Dante. La funky brune décide qu’il est temps pour elle de se révéler à lui. Elle débarque et décide de s’installer dans la vie de Dante après huit ans de silence. Lola est une femme archarnée et hypersensible qui poussera Dante dans ses retranchements.
Le TopazeLe Topaze
Un bar pour trinquer et rire entre amis, où on peut croiser les héros d’une autre romance…
L’appartement de DanteL’appartement de Dante
Derrière cette porte se cache le véritable Dante, l’amour et la tendresse.
Salle de sportSalle de sport
Parce qu’on ne vend pas du rêve en se tournant les pouces, mesdames!

Dans le même genre

Pin It on Pinterest

0