Accueil » Livres » Et Tu Embrasseras Mes Larmes
Et Tu Embrasseras Mes Larmes
  • Contemporaine
  • Et Tu Embrasseras Mes Larmes

Et Tu Embrasseras Mes Larmes

Il va lui apprendre à pleurer. Elle va lui apprendre à aimer.

INFO: broché et eBook sont actuellement vendus sur Amazon uniquement. Quelques exemplaires papier seront bientôt disponibles sur le shop pour les dédicacer, reviens de temps en temps pour vérifier ^^

15,90 

gagne jusqu'à 159 Joyaux.
Effacer
 €
Lire l'extrait
Et tu embrasseras mes larmes
Avant

Angie

– Allez, ne me dis pas que tu n’es pas curieuse de revoir toutes les anciennes têtes du bahut !
Damien est un fêtard invétéré, il est de toutes les soirées, quand ce n’est pas lui qui les accueille dans son appartement. Il pense que je mène une vie monacale depuis que j’ai quitté la région pour mes études. C’est faux. Je fais juste attention à ce que mes loisirs ne prennent pas le pas sur mon cursus scolaire. Mais mon frère et moi n’avons pas les mêmes préoccupations, c’est un fait. C’est juste que là, je m’imaginais plus passer une soirée tranquille chez lui à mater Netflix en mangeant une pizza. Je viens de boucler mes partiels, j’ai travaillé comme une dingue, ma vision d’un repos n’implique pas une soirée à l’autre bout de la ville. – Angie, s’il te plaît… Je ne suis pas sorti de la semaine, j’avais taf de ouf. Je ne me vois vraiment pas resté cloitré un soir de plus !
– Vas-y sans moi.
– Arrête d’être lourde ! Comme si j’allais te laisser seule.
– Tu fais chier, Dam !
– Moi aussi je t’aime, ma sœur.
– Tu veux qu’on y aille comment ? Parce que je rappelle que quoi qu’il arrive, l’un de nous deux doit rester sobre.

– On peut dormir sur place, si besoin. Arrête d’essayer de tout prévoir et détends-toi. Toi aussi tu l’as bien mérité après tes exams !
– J’ai compris, je ne boirai pas une goutte si je veux éviter de dormir entre deux flaques de vomi.
– Tu étais plus cool, avant.
Il se roule un pétard en soupirant, comme si j’étais la raison pour laquelle il est obligé de le faire.
– Tu fumais moins, avant. Tu ne m’entends pas te le signaler à chaque fois que tu t’en roules hein, pourtant.
J’ai bien conscience que je savais mieux m’amuser, avant comme il dit. Mais le contexte de ma vie était bien différent alors que lui, finalement, ça ne l’est pas tellement.
– Je conduis aussi à l’aller, tu fumes beaucoup.
Il termine de coller le papier d’un coup de menton, de la façon experte de celui qui consomme trop.
– Tu crois que je fais comment quand tu n’es pas là ? Que j’arrête de vivre à cause d’un petit oinj ? Je m’en sors très bien, regarde, je suis toujours là et en pleine forme. Détends-toi.
Je secoue la tête et abandonne là la confrontation. Je sais qu’il va me sortir une flopée d’arguments auxquels il croit vraiment. Les doses qu’il consomme ne sont absolument pas dangereuses. Il n’a jamais perdu le moindre de ses réflexes. Et d’autres affirmations du genre. Il joue avec la chance, il a toujours été fan des extrêmes, sentir qu’il est en vie et provoque le destin. Il flirte avec les Moires comme avec n’importe quelle femme. C’est son truc, pas le mien, de repousser les limites. Alors oui, je vais conduire et il pourra en profiter à fond sans m’en vouloir de l’empêcher de passer une bonne soirée.

Chapitre 1
Somebody That I Used To Know
Gotye, Kimbra

Angie


Anita me tend mon téléphone après avoir pris connaissance du message. Je n’ai pas pleuré. Je n’ai pas crié. Je n’ai pas non plus répondu au SMS qu’elle vient de lire. Je suis en quelque sorte déconnectée. Comme si le corps et l’esprit avaient une protection qui se déclenche automatiquement en cas de fortes émotions accumulées. Un réflexe de survie. D’ailleurs, le regard de mon amie est inquiet. Elle est sur ses gardes, je ne l’ai pas habituée à ça. Depuis que j’ai quitté le lycée, je suis plutôt du genre à hurler un bon coup et à taper du poing sur la table lorsque je suis contrariée. Mon silence n’augure rien de bon. « Je préfère qu’on en reste là, il y a quelqu’un d’autre. J’ai ramené tes affaires chez toi, récupéré les miennes et déposé ta clef dans ta boîte aux lettres. »
— Au moins, il n’a pas refilé tes fringues à Emmaüs. Trop tôt pour en plaisanter ? me demande Ana.
Je relève la tête et range mon téléphone. Je ne réponds pas, bien sûr que c’est trop tôt. Mais je ne lui en veux pas d’essayer, elle est comme ça et je le sais.

Quand on reste ami avec quelqu’un pendant plus de quinze ans, c’est qu’on accepte tout de cette personne, le bon comme le moins bon. Son humour se classant autant dans le bon que le moins bon, d’ailleurs.
— Quel genre de mec plaque sa nana quand elle est à quatre-cents bornes, et par SMS, en plus ?
C’est ma première réaction. Ce sont mes seuls mots sur la situation et j’ai l’impression que quelqu’un d’autre vient de les prononcer à ma place. Je regarde la scène de loin, je m’observe et je vois une jeune femme qui a besoin de boire un peu pour faire passer la pilule. Les pilules. Je vide mon Monaco d’une traite et fais signe à la serveuse. Nous sommes au Loch Ness, notre repaire depuis le lycée, et je m’y sens vraiment bien. Ce qui n’est pas forcément bon signe puisqu’à chaque fois ou presque que nous nous retrouvons ici, j’ai tendance à lever le coude plus que de raison… Mais l’ambiance s’y prête, ce qui doit être fait pour. Il y a de gros tonneaux qu’on croirait sortis tout droit d’un navire pirate du XVIII° siècle et qui servent de tables hautes, autour desquels sont disposés de confortables tabourets hauts. Eux aussi poussent à rester, ce qui doit être l’objectif. S’ils étaient durs, on n’aurait pas envie de s’éterniser. Oui, j’ai tout un tas d’excuses qui me dédouanent pour justifier la cuite que je m’apprête à encaisser.
— Trois mois…

Je soupire exagérément en secouant la tête.
— Oui, enfin, relativise un peu. Seulement trois mois. Pas trois ans, réplique Anita.
— Tu n’es pas censée être solidaire de manière inconditionnelle ?
— Je n’ai pas encore assez bu pour ça.
— Pareil pour moi, je lui réponds en attrapant mon verre plein qui vient d’être déposé devant moi.
— Buvons pour oublier ! lance Ana en souriant. Et puis nous savons toutes les deux que tu prends ce prétexte de rupture par SMS pour te murger. Sauf que tu n’as pas besoin de prétexte, tu le sais ?
— J’ai vraiment cru qu’on était bien ensemble…
Trois mois, ça peut sembler peu, mais c’est de loin la plus longue relation que j’ai pu vivre avec un mec. Alors forcément, j’y ai cru. Non pas qu’il était l’homme de ma vie, je ne suis pas aussi naïve, mais qu’on allait faire un petit bout de chemin côte à côte. Je me souviens de la façon maladroite dont il m’a abordée. Je suis secrètement une grande romantique, notre rencontre avait tout de la romance clichée. J’étais à la BU en train de chercher un ouvrage dans les rayonnages, je parcourais les livres du regard. C’est là que j’ai accroché le sien, de regard. Il était dans l’allée de l’autre côté, dans la section Histoire. Je m’en souviens, j’ai noté tous les détails de cet instant. Ses yeux bleus étaient fixés sur moi et ont fui mon attention à la seconde où je l’ai remarqué.

Un moment plus tard, il est venu s’installer en face de moi, à ma table de travail, et m’a demandé si j’avais un surligneur. Je lui en ai tendu un, il l’a gardé en main quelques minutes, en silence, pendant que je faisais semblant de relire mes notes. Puis il a dit :
– En fait, je n’ai pas besoin de surligneur. Je cherchais une bonne raison pour t’aborder, je ne trouve pas. Du coup, je vais juste laisser ça là et… voilà, comme ça, tu peux bosser et moi… ben je vais aller… je ne sais pas… chercher un trou et y mourir de honte. Ça me semble un bon plan.
Il s’est levé, a posé le Stabilo jaune, et s’est pris les pieds dans ceux de la table. Il a trébuché, j’ai ri, quelques « chut » ont fusé suite au retentissant « putain » qu’il a laissé échapper… et puis il a repris :
– Oh et puis… je n’ai plus rien à perdre étant donné que ma dignité vient de se ramasser : un café, ça te dit ?
J’ai été séduite au premier regard, littéralement, et le café s’est rapidement transformé en un dîner, puis une nuit… des semaines. Quelques mois. J’aimais sa spontanéité et sa capacité à me faire rire mais aussi à rire de lui-même. Bien entendu, il n’avait pas que des qualités. Nous étions cependant trop au début de notre relation pour que ses défauts me dérangent. Ses petites manies commençaient à peine à émerger et me faisaient toujours sourire. J’aurais grimacé, tôt ou tard, je me connais. Sa façon de se racler discrètement la gorge aurait fini par me taper sur les nerfs, par exemple. Je n’ai pas eu le temps d’en avoir la confirmation : il a fait en sorte que ça n’arrive pas.

Malgré nos soirées ciné, les livres que nous échangions et les groupes que nous projetions d’aller voir en concert, nous n’étions pas sur la même longueur d’onde. J’en avais eu l’impression. Visiblement, s’il avait déjà quelqu’un au moment où je suis partie, je devais être la seule à penser ça. Alors je l’attends. Cette sensation de trahison, cette tristesse, ce manque de lui, l’absence d’un futur commun… Rien ne vient. Je me sens… non : je ne sens rien. Une frustration naît de cette non-réaction, c’est ça qui, je crois, m’agace surtout. Avant même de déplorer mon nouveau célibat, je réalise que je devrais ressentir quelque chose, et que ce n’est pas le cas. Peut-être que je suis endommagée des sentiments, à présent. Handicapée émotionnelle. Victime du syndrome du membre fantôme, en version « sentiment fantôme ». Je sais que je devrais éprouver quelque chose, là, précisément à ce moment. Il manque l’essentiel et l’apathie prend toute la place.
— Allez, buvons pour oublier ! répète Anita en m’imitant.
Il paraît qu’en amitié, il y a souvent un yin et un yang, pour équilibrer. Ana et moi sommes deux yin : pas une pour rattraper l’autre. J’ai peut-être tendance à me laisser porter par l’alcool, ce soir, mais mon amie ne m’aide pas beaucoup à être raisonnable.
— C’est tendu en ce moment entre Joss et toi, non ? je me risque à lui demander, désireuse de changer de sujet.
Anita et Joss sont mes deux meilleurs amis depuis que nous avons formé le clan des losers à l’école primaire.

Nous ne nous sommes pas auto-nommés ainsi, mais nous avons suivi le mouvement. On en a fait du chemin, on en a traversé des épreuves ensemble. La vie nous en donne une de plus à gérer. Comme si nous avions besoin de ça pour vérifier la solidité de nos liens. Bien sûr, ils sont tous les deux là pour moi en ce moment plus que jamais.
Encore une fois, j’ai l’impression d’être plus spectatrice qu’actrice. Ce n’est pas à moi que ça arrive, ce n’est pas possible. Je ne pourrais pas continuer à vivre, si c’était le cas. Du coup, je me concentre sur tout le reste, y compris la relation houleuse entre mes deux meilleurs amis. D’ordinaire, oui, ils ont ce type de communication qui implique pas mal de vacheries, mais ça reste toujours teinté de tendresse. Ces derniers temps, aussi focalisée soit notre conversation sur ce qui me concerne, j’ai remarqué la fragilité de ce fameux lien entre eux. J’ai bien conscience que ma situation accapare pas mal les conversations que nous avons avec Anita et Joss, ces dernières semaines, et ce n’est pas quelque chose que j’apprécie particulièrement. J’ai beaucoup de mal à évoquer ce qui me blesse, comme tout le monde il me semble. Mais j’ai également besoin de me préoccuper des autres, des gens qui m’entourent. Mes problèmes, mon malheur, et tout ce qui va avec, n’annihilent pas ceux de mes amis. Ça me donne aussi un objectif, une bouée où me raccrocher dans ce gros bordel qu’est ma vie actuellement. Alors j’essaie d’orienter la conversation sur eux, pour changer. Surtout que j’ai besoin qu’ils soient stables, que tout aille bien.

Ça me rassure. Je n’aime pas quand quelque chose cloche dans l’équilibre de notre trio. C’est le seul élément solide auquel je peux me raccrocher, quoi qu’il arrive.
— Joss me gonfle, il s’obstine à se voir comme la personne qu’il était avant. Il se déprécie, ça m’agace et j’essaie de faire en sorte qu’il se donne plus de valeur ! — Tu ne peux pas forcer quelqu’un à réaliser quelque chose parce que toi tu l’as réalisé. Tu sais bien qu’il s’en rendra compte un jour, et en attendant on doit juste être là pour lui. Si nous, on le voit comme la belle personne qu’il est devenu, alors il finira par y croire.
— Bien sûr que je le sais, peste Ana.
— Laisse-le faire ses erreurs. Tu aimerais le remettre à sa place, mais il a besoin de ça. Quand on se plante, ce n’est déjà pas évident de le réaliser. Mais si en plus on nous le colle sous le nez… Même toi tu te braquerais.
— Il se fait du mal. C’est un masochiste doublé d’un abruti.
Vu de l’extérieur, on pourrait croire que ces deux-là sont faits pour être ensemble. Qu’ils jouent à « je t’aime, moi non plus » et se tournent autour depuis des années sans prendre conscience de ce que le monde entier sait. Mais ce n’est pas le cas. Il arrive un moment, dans une amitié comme la nôtre, où une limite a été franchie et où on atteint le point de non-retour. Rien ne pourrait briser cette amitié parce que nous avons partagé trop de secrets, d’événements importants… tout, en fait. Dans un couple, la légende dit que ce qui lie vraiment les deux personnes, c’est justement l’amitié.

Que l’autre est notre meilleur ami et c’est ça qui fait que ça fonctionne. Ça et le sexe, bien sûr. Il ne faut pas se voiler la face : si ça n’est pas le pied au lit, ça finit par rejaillir sur la relation en général. Toujours est-il que je sais que Josselin et Anita ne formeront jamais un couple amoureux, ni lui et moi, d’ailleurs. Au contraire, nous sommes comme une fratrie sans que notre ADN ne la justifie. Je soupire à nouveau en fixant un point sur la table.
— Il me manque à moi aussi, tu sais. C’était mon premier amour… À sens unique en plus, intervient Ana.
J’aime cette faculté que nous avons de savoir à quoi l’autre pense sans avoir à l’évoquer à haute voix. Je n’ai pas besoin qu’elle précise qu’elle parle à présent de mon frère et plus de Josselin. Bien entendu que je sais qu’il lui manque, et bien entendu que je sais que je ne suis pas la seule à souffrir de son absence. Elle a été amoureuse de lui tellement longtemps que j’ai tendance à l’oublier, parfois. Cet amour à « sens unique », comme elle le dit si bien, a été une toile de fond des années durant. J’ai d’abord été surprise, puis jalouse que ma meilleure amie préfère mon frère, et je me suis finalement trouvée ridicule. J’en ai voulu à Damien et, un jour, naturellement, Anita est passée à autre chose. Ma situation est devenue beaucoup plus confortable et mon amour-propre s’est un peu regonflé. C’est stupide, mais Dam et moi étions en compétition pour tellement de choses, ados, que je voulais garder mon amie rien que pour moi. Celle qui me complétait déjà parfaitement à l’époque et qui me connaît mieux que personne, peut-être mieux que moi-même.

Anita est mon négatif photo. Elle est aussi rousse que je suis brune, aussi bouclée que mes cheveux sont raides. Sa peau est parsemée de taches de rousseur alors que la mienne est diaphane. Ses yeux sont vert clair, les miens presque noirs tellement ils sont foncés. Elle mesure un mètre soixante-treize alors que je plafonne difficilement à un mètre soixante-deux. Elle est mince et j’ai des formes. Pas mal de formes. En gros : je suis son faire-valoir et elle n’a de toute façon pas besoin de moi pour être mise en valeur. Ce qui est marrant, c’est que lorsque c’est elle qui nous décrit, c’est moi qui suis avantagée. Nous n’avons aucune objectivité personnelle.
J’ai besoin d’exorciser, ce soir, et je ne voyais pas de meilleure personne qu’elle pour m’accompagner dans mon désespoir. Elle est une amie que j’adore avoir près de moi dans les bons moments, mais dont j’ai viscéralement besoin dans les pires. Nous allons donc soigner le mal par le mal, un rituel qui remonte à notre fin d’adolescence.
Nous enchaînons les alcools, faisant des mélanges improbables, et mon taux d’alcoolémie est proportionnel aux décibels que ma voix atteint à chaque fois que je m’exprime. Nous nous amusons, nous rions beaucoup, nous épongeons un peu le liquide avec les biscuits apéritifs mis à disposition. Ce qui nous donne encore plus soif. C’est un cercle vicieux dont je ne souhaite pas réellement sortir… Ce qui est peut-être pire que le fait de picoler en soi. Car si je me sens bien, enivrée et plus tout à fait moi-même, je sais que c’est le signe à ne pas ignorer. Un panneau néon clignotant qui indique que je me sens mal, tellement mal…

— La dernière fois qu’on a fait ça toutes les deux, c’était quand ?
La voix d’Anita est pâteuse. À moins que ce soit mon audition qui commence à me faire défaut. Difficile à dire dans ces circonstances.
— Je crois que c’était… non, je ne sais plus. Il y a toujours Joss dans le coin, en fait, non ?
— Ouais, ben on devrait plus souvent se faire des soirées entre filles !
— Pauvre Josselin, mis de côté parce qu’il en a une.
— Il se fait plein de soirées avec ses potes où nous ne sommes pas invitées. Ce sera nos fuck-party ! À chaque fois qu’il ira voir ses copains, on se fera ça, déclare-t-elle.
— Tu sais que demain on aura oublié…
— Possible, mais ne me pourris pas mon délire, tu seras mignonne. Aux fuck-party ! clame-t-elle en tapant son verre dans le mien.
Quelque part, cette soirée est surréaliste. Parfois, on accumule tellement, que c’est comme si on était anesthésié. J’ai lu une fois que lorsqu’on a une mauvaise nouvelle à annoncer, le mieux est d’en balancer deux. L’une atténuera forcément l’autre. Est-ce pour ça que je suis plus vexée que triste de cette rupture ? Est-ce pour ça que j’ai la sensation que ça arrive à une autre que moi ? Je suis là, je sais que je suis là, je sens l’alcool me brûler la gorge à chaque shot que j’avale. Ça m’ancre dans la réalité que je serais si facilement tentée de fuir. Comment pourrais-je continuer à rester dans l’ici et le maintenant, sinon ?
Car dans l’ici et le maintenant, mon frère est mort il y a trois semaines précisément.

FIN de l'extrait
X
24/10/2018
335 pages
34 chapitres
One-shot
Étincelle sensuelle
4,7/5

Il va lui apprendre à pleurer. Elle va lui apprendre à aimer.

Depuis le drame qui a bouleversé sa vie quelques semaines plus tôt, Angie est perdue. Elle en est convaincue, son cœur est détraqué : elle réagit au quart de tour pour des broutilles, mais est incapable de verser les larmes qui la rongent de l’intérieur.

Depuis qu’il a compris qu’aimer quelqu’un, c’est prendre le risque de souffrir, Valentin a décidé de verrouiller ses sentiments. Les potes, il les garde à distance  ; les filles, il les consomme à la chaîne, sans jamais s’attacher. Parce que c’est bien plus simple de ne rien ressentir.

Lorsque Angie et Valentin se croisent ce soir-là, chacun reconnaît sa propre douleur dans le regard de l’autre. Et si, en dépit des apparences, ils étaient très exactement ce dont ils ont besoin  ?

Informations complémentaires

Poids 300 g
Dimensions 13 × 2.2 × 20.5 cm
Supports

Broché, Ebook

Températures

Étincelle sensuelle

Formats

One-shot

Dates de sortie

2018

Langues

Français

Thèmes

Amis / Famille, Deuil, Retour aux sources, Tatoué / Tatoueur

Ames sensibles

Non actif

L'autrice

J’ai écrit cette histoire pendant une période très difficile de ma vie. Elle a une place toute particulière dans mon cœur et a évolué vers cette version que j’affectionne énormément.

Ce roman est aussi celui par lequel beaucoup de mes lectrices m’ont découverte, j’ai un lien fort avec ces personnes qui sont un jour venue me voir pour me dire à quel point Angie et Valentin les ont touchées.

Une belle aventure pleine d’espoir, dont j’avais spécialement besoin au moment de l’écriture ^^

Lecture idéale pour une lecture pleine d’émotion, d’espoir

+ d'infos

Note ETEMLarmes

 

Retrouve Angie et Valentin dans ces deux recueils de bonus, clique sur le titre souhaité pour y accéder :

Goodies

Bonus

Rejoins les Queenies et retrouve dans la bibliothèque VIP:

  • Playlist
  • Bonus : Noël
  • Ancienne couverture
  • Fonds d’écran

J’accède à mon espace VIP!

SuperFan

Tu as aimé ce roman ? Tu veux le crier sur tous les toits ? Télécharge ce pack de visuels pour partager sur tes réseaux sociaux 💞

  • Un visuel pour une publication Facebook (SuperFan Publi FB)
  • Un visuel pour un post Instagram (SuperFan Post Insta)
  • Un visuel pour une story Instagram (SuperFan Story Insta)

💖 Et si tu partages ces visuels, ou les tiens, n’oublie pas de me taguer en inscrivant @fleurhana et/ou #fleurhana, pour que je partage à mon tour tes publications.

Les hashtags pour Et tu embrasseras mes larmes :

#Fleurhana #Lectrices #Romancefrançaise #Instalectrices #Livrestagram #Instalivres #Autricefrançaise #RomanceKindle #Bookstagramfrance #Booklover #bookshelf #romancebooks #newromance #bookaddict #love #instalecture #livreaddict #auteure #instabook #livreromance #deuil #Romancecontemporaine

 

Mon Pack SuperFan de Et tu embrasseras mes larmes

13 avis pour Et Tu Embrasseras Mes Larmes

  1. Lylifairy

    J’ai eu le plaisir d’avoir ce bijou entre les mains (enfin sur ma tablette) et je ne le regrette pas.

    Ce roman est différent des autres de cette auteure, on y retrouve tout de même ses répliques hilarantes et ses allusions au groupe Muse m’ont donné envie de me replonger dans leurs albums.
    Elle nous souffle le chaud et le froid tout au long du récit et arrive à nous tenir en haleine jusqu’aux toutes dernières pages ! (très frustrant pour moi grrrrrr) On alterne entre les “j’ai envie de toi” et les “non, je ne peux pas” et c’est ce qui donne tout son rythme à l’histoire. On adore les réconciliations sur l’oreiller (ou plutôt sur le comptoir).
    L’alternance entre le point de vue d’Angie et de Valentin est aussi quelque chose que j’ai beaucoup apprécié, ça donne plus de profondeur à leur relation. Cela nous permet également d’en savoir plus sur Valentin et sur l’évolution de ses sentiments auquel il essaye d’échapper. Ce sont des personnages très attachants et on avance avec eux, à leur manière : un pas en avant et deux en arrière.
    Les flashback sont aussi un élément important de l’histoire, ils nous permettent de faire connaissance avec Damien (le frère d’Angie).
    Les personnages secondaires ne sont pas relégués à l’arrière plan, ils font réellement parti de l’histoire et servent de “lien” entre tout ce monde. J’ai autant apprécié nos héros que les autres personnages comme le père de Valentin ou les meilleurs amis d’Angie. D’autres par contre m’ont donné des envies de meurtre !

    J’ai passé un super moment avec ce livre, j’ai compatis, j’ai frissonné, j’ai crié (enfin presque lol). Je ne me suis pas ennuyée une seconde. J’en ais même appris beaucoup sur la gestion du deuil.

    Une très belle découverte pour ma part.

  2. lilate16

    “Il va lui apprendre à pleurer.
    Elle va lui apprendre à aimer.”
    Voilà. Tout est dit. Ou presque… Je vous invite à plonger dans l’histoire de Valentin et Angie, vous n’en sortirez pas indemne. Fleur m’a transportée, je suis émue, retournée.

  3. Justine Perrot.

    Une reconstruction sous le signe de l’amour
    J’ai découvert Fleur Hana il y a très peu de temps, je suis devenue accro à sa plume.
    J’aime tout, les personnages, leur histoire et leur profondeur. L’intrigue, on peut se dire qu’avec les thèmes du deuil, de la maladie… Cette histoire est triste mais c’est tout le contraire.
    Elle est synonyme d’espoir, de reconstruction, d’avenir, d’amour. Je me suis esclaffée, j’ai versé des larmes, j’ai même eu l’impression d’avoir le cœur brisé avant d’être complètement excitée par ce qui se passait.
    Merci Fleur Hana !

  4. Cindy033

    Très beau roman
    Cette histoire est triste et belle à la fois, j’ai retenu mes larmes plusieurs fois car cette histoire est belle et prend aux tripes !

  5. Gauthier Fanny

    Il m’a emporté
    Livre vraiment génial triste quand la fin et arrivé j’aurai voulu que le livre soit plus gros lol
    Belle histoire d’amour avec des âmes torturé
    Je le recommande avec plaisir

  6. Aurélia 2638

    Juste magnifiquement beau
    Une histoire qui me laisse sans voix, qui m’a touchée au plus profond de moi même… j’ai souffert autant que j’ai souri en lisant ce livre… un sujet difficile, mais la manière dont il est abordé est juste magnifiquement juste, ce qui apporte une dimension incroyable à l’histoire d’Angie Et Valentin. Ces 2 êtres blessés par la vie, qui se rencontrent dans un moment difficile de leur existence, mais qui deviennent le miroir de l’autre. Nul besoin de mots pour comprendre les maux de l’autre. Ils ont mis du temps à se trouver, mais lorsqu’ils y sont arrivés, leur handicap émotionnel et amoureux s’envole. Je ferme ce livre à regret, les larmes aux yeux à cause d’une si belle plume, de ce condensé d’émotions et de ressentis !

  7. Popeline

    émouvant sexy drôle
    Comment ne pas être emportée par la plume de Fleur . Et tu embrasseras mes larmes est un livre émouvant touchant drôle sexy . Un roman qui fait du bien, on est de suite emportés par les personnages Angie et Valentin et leurs amis . Cette histoire pourrait être la mienne ou la vôtre tant les thèmes qui y sont abordés sont universels (l’amour, le deuil, l’amitié). je vous recommande ce roman c’est vraiment une bulle de bonheur qui tour à tour vous fera rire , pleurer et petite cerise sur le gâteau la playlist musical que Fleur nous propose c’est que du bonheur

  8. Littlepoppy33

    L’histoire d’amour dont vous avez besoin, là, tout de suite.
    J’ai eu la chance de découvrir la première version de cette histoire lorsqu’elle avait été publiée sous le nom de Les Bottes Rouges chez EDB. C’est avec un grand plaisir que j’ai retrouvé Angie et Valentin dans cette réédition. Fleur Hana, c’est l’autrice qui m’a fait aimer la romance. Qui m’a appris qu’on pouvait aimer la romance sans jeter à la poubelle ses convictions féministes. Ce roman offre une histoire d’amour forte et déchirante avec des personnages authentiques et terriblement attachants, dans laquelle on aborde la dure question du deuil et de la culpabilité. Offrez-le vous, offrez-le aux gens que vous aimez, vous n’en aurez aucun regret!

  9. My_Road_Books

    Bien plus qu’une romance
    Je retrouve tout ce que j’aime dans ce livre, la romance qui est juste top, le bad boy qui est juste à tomber 😍😜, je le trouve totalement différent en même temps. Il est plus profond sur un plan psychologique, je dirais même presque plus personnelle. Pour moi, même si la romance est belle, elle passe au second plan derrière les émotions, les réflexions sur nos choix de vie et notre manière de gérer les moments difficiles de sa vie. C’est ce que je retiendrais avant tout dans ce livre et j’adhère totalement. Un vrai coup de cœur !!!!! ❤️ Je vais m’arrêter là parce que je pourrais en parler et en parler encore longtemps.

  10. Noemxrch

    Une incoryable hisotire
    rien qu’en lisant le titre, ce livre me donnait envie. j’avais envie de savoir le pourquoi et le comment. Quant au résumé, il laisse place à l’imagination.
    Les personnages sont extrêmement touchants, ils sont à la fois fragiles mais tellement forts.
    Valentin et Angie semblent être diamétralement opposés pour être unis, pour ne pas détruire l’autre plus qu’il ne l’est déjà, et pourtant…
    Ce livre est porteur d’espoir, il transmet la force de se relever, de continuer à vivre tout en attendant demain. ça nous dit qu’il n’est pas nécessaire de tourner la page mais d’apprendre à vivre avec, de retrouver le sourire mais de ne jamais oublier.

  11. Emilie Godbille

    Une romance comme onles aime
    Fleur Hana, c’est une auteure que j’ai toujours voulu découvrir, mais par manque de temps, je n’ai jamais réussi à lire un de ses romans. Quand j’ai reçu Et tu embrasseras mes larmes, je me suis promise de ne pas le laisser traîner dans ma PAL pendant des semaines et j’en ai fait une priorité.
    Quel bonheur !!!!
    Ce roman est difficile, il traite d’un sujet plutôt délicat : le deuil. Vous comprenez donc que ce roman est un ascenseur émotionnel. On découvre deux personnages qui essaye de faire le deuil de quelqu’un. Deux personnages qui ne sont pas censés s’attirer autrement que pour un coup d’un soir, mais que le deuil va réunir.
    Les personnages sont terriblement attachants, on suit l’évolution de leur deuil, l’évolution de leurs sentiments et les nombreux passages par lesquels ils vont devoir passer pour s’apprivoiser et créer une relation stable, qu’elle soit amicale ou amoureuse.
    Ce roman est une merveille. On tourne les pages les unes après les autres et on arrive à la fin en se disant que non ce n’est pas possible, on en veut encore !
    Une belle romance avec des sujets durs à aborder que l’auteure a su exploiter au mieux. Bravo !

  12. Isalou

    Une pépite
    Un livre bourré de sentiments, d’émotions, mais aussi d’humour. Une recette savamment dosée avec une plume qu’il est toujours aussi agréable de lire. Encore une pépite de Fleur Hana !

  13. La bibliothèque impériale de Sissy

    Renversant
    Chaque livre de Fleur est un coup de cœur. C’est toujours un plaisir de lire sa plume.
    Parler de deuil, d’amour… ce sont des thèmes si difficiles à aborder mais elle le fait simplement. J’ai pleuré dès le début jusqu’à la fin. Merci Fleur pour ce roman si bouleversant et j’ai compris le précédent titre…. (ndlr : les bottes rouges)

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rencontrer les personnages

https://fleurhana.fr/wp-content/uploads/2022/04/ETEML-Valentin.png
Valentin
Valentin tient un magasin de disques / Ingénieur en informatique
Tatoué et percé, Valentin est un véritable aimant à femme, sans jamais ne leur accorder plus d’une nuit, trop occupé à gérer son business et sa passion : la moto. Énigmatique, il était le meilleur ami du frère d’Angie. Il ne sait pas aimer, il ne veut pas aimer pour ne pas souffrir.
https://fleurhana.fr/wp-content/uploads/2022/04/ETEML-Angie.png
Angie
Étudiante, elle rêve d’ouvrir un salon de thé
Angie revient dans sa ville natale, un retour aux sources ayant pour cause le décès de son frère. Angie est perdue, entre culpabilité et tristesse, elle cherche sa place. Elle est morte à l'intérieur, incapable de pleurer, de ressentir. Valentin saura-t'il l'aider à lui redonner vie ?
L’introuvableL’introuvable
La boutique vintage de Valentin, une pause dans le temps, où la magie opère.
Le barLe bar
Lieu de rencontre classique, mais tellement efficace!
Chez AngieChez Angie
une colocation explosive où le silence est rarement invité!

Dans le même genre

0
x